La sexualité dans une relation

La sexualité dans une relation
()

La sexualité dans une relation

Vous vous posez la question de votre sexualité dans une relation ? Comment aborder la question avec patience et curiosité ? N’oubliez pas de prendre soin de vos propres sentiments et de créer un espace qui ne vous juge pas et vous soutienne tous les deux. Cela vous aidera à vous écouter et à vous ouvrir l’un à l’autre. Si votre partenaire n’est pas à l’aise pour parler de ses sentiments, il peut être utile d’aborder le sujet séparément. Après tout, vous êtes vous-même passé par là.

Good Enough Sex (GES)
Un modèle de sexualité de couple saine qui accepte la variabilité inhérente à l’individualité de chaque couple a émergé ces dernières années. Good Enough Sex for Sexuality couples (GES) encourage les partenaires à accepter la réalité que leurs expériences sexuelles peuvent ne pas être satisfaisantes ou parfaites. Les couples devraient plutôt se tourner vers l’autre comme des amis ou des collègues après une séance particulièrement insatisfaisante. Le modèle GES est conçu pour aider les couples à surmonter ces obstacles, tout en favorisant une sexualité saine.
L’approche GES reconnaît le fait que les couples sont différents et que la rencontre sexuelle moyenne représente 5 à 15 % de l’ensemble des relations d’un couple. Elle rejette l’attente irréaliste d’une performance parfaite et se concentre plutôt sur la création d’une expérience satisfaisante. L’objectif d’une sexualité de couple saine est qu’au moins 85 % des rencontres sexuelles débouchent sur un orgasme. Bien que ce chiffre puisse être exceptionnellement élevé, il est de loin supérieur à celui d’un seul rapport sexuel médiocre.
Pour comprendre le modèle GES, il faut comprendre ce que le sexe signifie pour différentes personnes. Il met l’accent sur le plaisir, la connexion et l’acceptation mutuelle en tant que composantes fondamentales de l’intimité sexuelle. Le modèle GES souligne également l’importance de garder des attentes raisonnables, afin que les couples ne soient pas trop frustrés ou insatisfaits lorsqu’ils n’y répondent pas. Pour commencer le GES, les couples peuvent s’adonner à des baisers passionnés, des massages et des douches ensemble.

La théorie de l’attachement
La théorie de l’attachement a plusieurs implications pour les couples sexuels. Selon l’étude, plus de 35 % des personnes qui avaient une relation sexuelle avec un partenaire exprimaient un style d’attachement insécurisant. En revanche, 60 % des personnes ont exprimé un style d’attachement sécurisant. Les insécurités ne sont pas fixes, elles fluctuent. Le degré d’attachement d’une personne à son partenaire peut se manifester dans toute rencontre sexuelle. Par conséquent, certains problèmes sexuels peuvent être associés à des styles d’attachement spécifiques.
Cette théorie a été élaborée par le psychanalyste britannique John Bowlby. Les psychanalystes ont utilisé cette approche pour mieux comprendre la façon dont les nourrissons font face à la détresse de la séparation. Par exemple, ils ont observé que les nourrissons séparés faisaient tout pour éviter la séparation et cherchaient frénétiquement leur parent disparu. Les auteurs psychanalytiques avaient auparavant supposé que ces comportements étaient des mécanismes de défense immatures utilisés pour éviter le danger. Bowlby, cependant, a émis l’hypothèse que ces comportements avaient une fonction évolutive naturelle.
Malgré ces résultats, il reste encore beaucoup à apprendre sur l’effet du style d’attachement sur la sexualité et l’intimité. Bien que certaines relations soient des attachements authentiques, d’autres ne le sont pas. Les futurs chercheurs devront donc déterminer si la relation a une fonction liée à l’attachement. Le style d’attachement peut influencer un certain nombre d’autres facteurs, notamment l’âge, le sexe et le niveau d’attachement d’une personne. Ainsi, bien qu’il n’y ait pas de réponse définitive, ces études doivent continuer à être menées.

Infection au COVID-19
Bien que les infections au COVID-19 soient rarement transmises par l’activité sexuelle, elles peuvent se propager au partenaire qui n’est pas infecté. Il est préférable de limiter les contacts rapprochés pendant les rapports sexuels et de se laver soigneusement les mains avant et après les rapports. Vous devez également limiter les rapports sexuels au seul partenaire consentant. Cet article traite des conséquences possibles de l’infection par le COVID-19 et de la manière d’assurer la santé sexuelle en cas de crise.
Les chercheurs ont cherché à déterminer si la sexualité de la population italienne avait changé en réponse à la pandémie de COVID-19, ainsi que les facteurs qui influencent la qualité de la relation d’un couple pendant une crise. Ils ont recruté 245 couples et ont évalué leurs réponses à l’aide du trouble d’anxiété généralisée-7 (TAG-7), du questionnaire sur la santé des patients (PHQ-9), de l’indice de la fonction sexuelle féminine (FSFI) et de l’indice international de la fonction érectile (IIEF-15). Les résultats ont montré que peu de couples ont signalé des changements dans leur sexualité, mais de nombreux participants ont indiqué une diminution de l’excitation, du désir et du plaisir.

Malgré le fait que le COVID-19 soit contagieux, il n’existe aucun traitement curatif connu. Vous pouvez réduire le risque de propagation du virus en évitant tout contact intime avec d’autres personnes pendant au moins quelques semaines. Cependant, vous devriez éviter de partager un lit jusqu’à ce que vous soyez complètement rétabli. Un partenaire en bonne santé ne sera pas gêné par ce risque. Le seul véritable moyen de déterminer si vous êtes infecté par le COVID-19 est de consulter un médecin ou de vous rendre dans un centre de santé publique.

Communication
Il est de plus en plus évident que les couples ayant de solides compétences en matière de communication sont plus satisfaits lors des rapports sexuels. En outre, des études montrent que des compétences de communication positives et gratifiantes sont associées à une plus grande satisfaction sexuelle. Bien que certaines rubriques de conseils suggèrent aux couples de “parler sale au lit” ou de “jouer leurs fantasmes”, ces conseils s’adressent surtout aux personnes ayant des rôles sexuels traditionnels. La communication entre les couples de sexualité doit être ouverte et honnête pour favoriser la satisfaction mutuelle.
Diverses études ont établi un lien entre la qualité de la communication romantique et la qualité des relations. Cependant, beaucoup n’ont pas réussi à trouver des relations cohérentes entre les caractéristiques non basées sur le sexe de la source et les variables de la communication. En outre, il existe des différences dans la définition de l’expression et de la préférence sexuelles entre les hommes et les femmes. Cela peut compliquer le processus de compréhension et d’appréciation des préférences sexuelles entre partenaires. Toutefois, il y a de bonnes nouvelles ! Les couples peuvent apprendre un nouveau langage et communiquer leurs préférences sexuelles de manière saine.
En raison du manque de recherche, les interventions psychosociales axées sur la communication sexuelle sont peu nombreuses. Certains de ces programmes se concentrent sur l’amélioration de la communication générale entre les couples. Cependant, ce manque d’études est préoccupant. Cependant, la plupart d’entre eux se concentrent sur l’amélioration de la communication générale entre les partenaires. Bien que ces programmes puissent être utiles, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer s’ils ont un effet direct sur la fonction sexuelle. Des études expérimentales sont également nécessaires pour mieux comprendre comment se développe la relation entre ces facteurs.

Endométriose
Gérer les effets secondaires émotionnels de l’endométriose peut être une expérience épuisante sur le plan affectif. L’objectif est de cultiver un environnement où les deux partenaires peuvent profiter de rapports sexuels sans douleur. Bien qu’il n’existe pas de méthodes éprouvées de traitement de l’endométriose, les personnes qui en souffrent peuvent essayer diverses techniques de soulagement de la douleur. L’un des moyens les plus courants de gérer la douleur consiste à trouver un meilleur rythme sexuel. Cela peut être aussi simple que de réduire la vitesse et la profondeur de la pénétration pendant les rapports sexuels.
Au cours d’une étude cas-témoins menée en Allemagne, en Autriche et en Suisse, les chercheurs ont interrogé les partenaires de femmes atteintes d’endométriose sur leur expérience de la maladie. Les participants ont été interrogés sur les douleurs et les symptômes liés à l’endométriose, et la satisfaction sexuelle de leurs partenaires a été évaluée à l’aide de questions élaborées par les chercheurs. L’étude visait à explorer les différences de comportement sexuel et à identifier les traitements potentiels pour améliorer la qualité de la sexualité des couples atteints d’endométriose.
La gestion de l’endométriose est importante dans la relation. Alors que l’un des partenaires peut vouloir des solutions pratiques, l’autre peut souhaiter se concentrer sur les effets émotionnels de l’endométriose. Par exemple, l’un des partenaires peut penser de manière plus positive et être moins pessimiste que l’autre. Les deux partenaires doivent s’efforcer de trouver un équilibre entre penser positivement lorsque cela est utile et s’autoriser à ressentir négativement lorsqu’ils en ont besoin.

Les relations entre hétérosexuels et homosexuels
Les recherches du psychologue John Gottman révèlent que les couples hétérosexuels et homosexuels ont de nombreux points communs. Par exemple, les deux partenaires peuvent être attirés par la même personne, mais ils peuvent ne pas être en mesure d’exprimer pleinement leurs sentiments sans relations sexuelles. Pourtant, les relations hétérosexuelles et homosexuelles sont tout aussi viables que les relations LGB, et de nombreux couples déclarent se sentir tout aussi à l’aise et en sécurité dans leurs interactions sexuelles. Voici quelques caractéristiques des couples hétérosexuels et homosexuels et les différences entre eux.
Selon l’étude, un certain nombre de facteurs peuvent empêcher un mariage sain entre hétérosexuels et homosexuels. L’un d’eux est l’image négative que le partenaire hétérosexuel a de lui-même. Cela peut conduire à un mauvais jugement et même à des pensées suicidaires. Une autre cause possible est le manque de compréhension de la différence entre sodomie et homosexualité. Les chefs religieux peuvent être une source majeure de désinformation sur l’homosexualité. Une autre raison peut être un manque de soutien de la part du gouvernement.

La violence entre partenaires intimes serait plus probable chez les couples bisexuels et homosexuels. Le National Center for Injury Prevention and Control a publié la National Intimate Partner and Sexual Violence Survey. En outre, des recherches ont démontré que les hommes bisexuels et homosexuels sont plus vulnérables à la violence que les hétérosexuels. En outre, des études menées par Franklin et Jin ont révélé que les femmes bisexuelles et lesbiennes sont plus susceptibles d’être victimes de VPI que les hommes hétérosexuels.

Partagez votre expérience

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Laisser Un Commentaire

custom-upload

Happy Hour ! Passez vos appels à 40 cts/min au lieu de 80 cts/Min !

X